Programme national de garderies – le temps est venu d’agir!

Ce n’est que lorsque vous en avez besoin que vous appréciez l’importance d’une garderie. La façon dont les garderies sont gérées, financées et administrées n’inquiète pas la plupart des Canadiens et des Canadiennes, sauf s’ils ont un enfant à placer, et qu’ils essaient de trouver des options abordables et sûres. C’est alors qu’ils se rendent compte combien, au Canada, les options sont limitées, fragmentées et coûteuses pour la plupart des familles.

Au Canada, les gouvernements allouent une fraction de la somme moyenne consacrée, par les autres pays industrialisés, à la garde d’enfants, soit le tiers de la moyenne des pays de l’OCDE. Notre système est aussi peu réglementé, de plus en plus axé sur le privé à but lucratif, et il n’y a pas de leadership de la part du gouvernement fédéral. Peu de temps après son entrée au pouvoir, le gouvernement Harper a éliminé le plus important programme national de garde d’enfants au Canada, après quoi il a réduit, de façon drastique, le financement. Pourquoi?

Les infirmières et les infirmiers reconnaissent l’importance d’une bonne éducation et d’une dotation axée sur la sécurité lorsque la personne travaille au sein d’un système de soins de santé financé et délivré par l’État.  Nous savons aussi, qu’au quotidien, ce système fait l’objet d’attaques, à la fois par ceux qui désirent des soins de santé à but lucratif dont l’accès est fondé sur la capacité à payer, et par des politiciens qui, idéologiquement, s’opposent aux soins de santé. Ces mêmes politiciens motivés par des idéologies, et les personnes motivées par le profit, s’opposent à un programme national de garderies, notamment un programme qui offrirait, aux enfants et aux familles, le soutien dont ils ont besoin pendant cette importante période de la petite enfance. Plus encore, investir dans la garde d’enfants est logique. Selon une étude récente menée à l’Université de Sherbrooke par Pierre Fortin, économiste réputé, le programme québécois universel de garderie à sept dollars par jour est rentable. Selon son étude, pour chaque dollar dépensé, un dollar et cinq sous sont récupérés en raison d’une augmentation des recettes fiscales et une diminution des dépenses provinciales.

 Toutes les données mettent en relief les avantages de donner le meilleur départ possible dans la vie à nos enfants pendant leurs années de formation. Certes, cela peut se faire à la maison mais, si les parents ont besoin d’un service de garde d’enfants, il n’y a aucune excuse pour qu’un tel service ne soit pas disponible partout au Canada. Le temps d’agir est maintenant!

 La Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et infirmiers (FCSII) représente près de 200 000 infirmières, infirmiers, étudiantes et étudiants en sciences infirmières au Canada. Nous sommes déterminés à protéger la santé de nos patients et notre système public de soins de santé.