Inclure les programmes de garde d’enfants dans l’ordre du jour

(Le SNEGSP a préparé cet article.)

La situation terrible de la garde d’enfants au Canada a enfin trouvé sa voie dans les médias.  Le Globe and Mail est en train de publier une série de grands articles en six parties sur la garde d’enfants.  Le journal effectue, par ailleurs, un sondage en direct demandant : « Selon votre propre expérience, êtes-vous satisfaits de la disponibilité et du coût de garde d’enfants au Canada? »  Il a également réuni des centaines de réponses à sa demande en direct sur les histoires de garde d’enfants – coûts cauchemardesques, programmes incompatibles et solutions inventives.

Le sondage en direct raconte l’histoire difficile de la garde d’enfants au Canada

Les réponses reflètent la réalité de la situation de la garde d’enfants au Canada.  La garde coûte souvent aux parents plus que l’hypothèque ou le loyer.   Les parents des générations précédentes épargnaient pour les études universitaires de leurs enfants.  À présent, les parents sont obligés d’épargner pour la garde d’enfants.  Les listes d’attente s’étendent sur des années et trop souvent, les parents doivent accepter ce qu’ils peuvent trouver, qu’ils soient contents de la garde ou non.

Trop souvent, le problème de la garde d’enfants est considéré par le public comme étant une affaire privée qui ne doit être traitée que par les parents.  Cependant, comme le souligne l’un des articles du Globe and Mail, le manque d’espace dans les garderies et leur coût élevé créent la pression et le stress sur les familles, ce qui affecte les affaires, notre économie et notre génération prochaine de travailleurs qualifiés.  Les experts admettent que de très bons programmes universels d’apprentissage préliminaire et de garde d’enfants réduisent la pauvreté, relancent le taux de natalité, fournissent des avantages économiques, et surtout, profitent à nos enfants.

Les experts admettent que de très bons programmes universels d’apprentissage préliminaire et de garde d’enfants ont des impacts positifs 

Le programme québécois de garde d’enfants à sept dollars par jour indique bien les avantages qu’il offre.  Dans la première décennie du programme, la province a constaté une augmentation de 22 pour cent dans la participation des femmes à la population active, une réduction de 50 pour cent du nombre de parents uniques dans l’assistance sociale et une augmentation de 81 pour cent de leur revenu net d’impôt en moyenne.  Une étude récente estime que pour chaque dollar que le gouvernement du Québec dépense dans le programme, il récupère 1,05 dollar (résultat d’une réduction dans les transferts d’impôt et les paiements d’assistance sociale, et de l’augmentation de l’impôt payé).

Le Syndicat national des employées et employés généraux du secteur public (SNEGSP), par le biais de son Comité consultatif sur les questions relatives aux femmes, souligne le stress que les femmes subissent en équilibrant leurs tâches professionnelles avec leurs responsabilités familiales, y compris les soins fournis aux enfants et aux personnes âgées.   En raison de la crise économique et des mesures d’austérité qui s’y rattachent, ces responsabilités concernant les soins augmentent à mesure que des services au public sont coupés et que l’inégalité de revenu augmente au Canada.

Grâce à son initiative Women 4 Change, le SNEGSP œuvre à s’assurer que la politique gouvernementale change et que les questions telles que la garde d’enfants, les services aux aînés et les services sociaux deviennent une priorité à tous les niveaux du gouvernement.  Women 4 Change fait partie de la campagne All Together Now! du Syndicat national qui met en valeur l’importance des services au public, des emplois  bien rétribués, de l’équité fiscale et des droits dans le domaine du travail.   La campagne attire également l’attention sur l’augmentation inquiétante de l’inégalité de revenu et ses répercussions néfastes sur notre société.

Le problème de garde d’enfants doit revenir sur l’ordre du jour du gouvernement et représenter un sujet primordial dans la prochaine élection fédérale.   Le Syndicat national se joint aux autres syndicats canadiens et aux défenseurs de la garde d’enfants pour mettre en évidence le problème et fournir aux parents la possibilité de partager leurs histoires.

Nous vous encourageons à visiter le site Repensons les services de garde et à raconter votre histoire.

Plus d’information : 

All Together Now! Women 4 Change

Repensons les services de garde

NUPGE child care

SNEGSP

Le Syndicat national des employées et employés généraux du secteur public (SNEGSP) est l’une des plus grandes organisations du Canada avec 340 000 membres. Notre mission est d’améliorer la vie des parents qui travaillent et de créer un Canada plus fort en nous assurant que notre richesse commune est utilisée dans l’intérêt commun. SNEGSP